Allo 4.0

QuatrezeroL'industrie va-t-elle être dépassée par les entreprises technologiques ?

Une crainte s'est développée que les industriels soient grignotés par les géants de l'internet qui développent les nouvelles technologies, et s'apprêtent à transformer, par exemple, l'industrie automobile dans sa mutation vers les voitures électriques, connectées et autonomes. Car finalement, une automobile de demain, n'est-ce pas plutôt un software avec des roues ?

Et c'est ainsi qu'est né ce concept de l' "industrie 4.0". Avec un leader, l'Allemagne. Car l'Allemagne, c'est historiquement l'image du leadership industriel, de la machine-outil, des industries mécaniques. Cette "industrie 4.0" c'est cette idée de construire un nouvel imaginaire industriel dans une société qui est entrée dans le monde numérique, ce que certains appellent déjà la quatrième révolution industrielle. 

L'industrie 4.0, c'est aussi une ambition technologique qui consiste à produire des petites séries à  des coûts équivalents à ceux de la production de masse. 

Pour comprendre le concept, et pourquoi l'Allemagne s'y est investie, le livre de Dorothée Kohler et Jean-Daniel Weisz, paru à la Documentation Française, " Industrie 4.0 - Les défis de la transformation numérique du modèle industriel allemand" est un bon guide. 

Ce qui a motivé le développement de l’industrie 4.0 c'est à la fois un rêve technologique et la peur de menaces qui pourraient faire vaciller le leadership allemand. C'est ainsi que l'Allemagne va donner un caractère offensif à une politique construite dans un premier temps comme une base défensive. 

L'industrie 4.0 c'est celle qui passe de l'approche de "Lean Production" , caractérisée par la production "just in time", l'orientation process et l'organisation des équipes, vers la "smart factory", qui permet la production individualisée et l'utilisation de la réalité augmentée.

Ce qui change dans la compréhension des clients, c'est de passer des sources traditionnelles que sont les processus de veille ou les remontées du réseau commercial, à un traitement des données d'usage transmises par les produits et équipements vendus. C'est ainsi que l'on va capter de nouvelles sources de valeur liées aux données d'usage. C'est cette association des capteurs (hardware) et des logiciels qui fait l'Industrie 4.0.

Ce qui fait repenser  leur modèle d'affaires  aux industriels c'est de savoir si demain les constructeurs automobiles tireront l'essentiel de leurs revenus de la vente de véhicules ou de leur location et de l'exploitation de services associés.

C'est ainsi que se construisent des écosystèmes en "open innovation" pour créer les nouvelles chaines de valeur industrielles. Les partenariats se multiplient : Dorothée Kohler et Jean-Daniel Weisz, citant une étude du ministère fédéral de l'Economie et de l'Energie, indiquent que, à l'horizon de cinq ans (l'étude date de 2015), les entreprises de plus de 500 salariés envisagent en moyenne de coopérer avec 12 nouveaux partenaires dans le cadre de l'industrie 4.0. Pour les entreprises de moins de 500 salariés, ce nombre représente près du triple. A un horizon de 10 ans, les entreprises de plus de 500 salariés auraient 23 nouveaux partenaires, celles de moins de 500 salariés, 74 nouveaux partenaires.

Mais cette avance industrielle allemande, malgré ces développements,  commence à fléchir. C'était dans "Le Monde" cette semaine (4 avril) :L'industrie allemande doute de son modèle. C'est Angela Merkel qui a prononcé dans son discours à la foire de Hanovre la veille de l'ouverture ( 1er avril), " Je ne suis pas certaine que nous soyons suffisamment armés pour être compétitifs au niveau mondial". 

Le futur, c'est l'électrique, et donc la question des batteries, que les allemands ont délaissé au profit du diesel qui était considéré comme le moteur économe. Mais aujourd'hui il est frappé d'opprobre; il faut se concentrer sur l'électrique. 

C'est la stratégie de Volkswagen : 70 modèles électriques sortiront des lignes de montage du Groupe d'ici dix ans. Alors il faut accélérer.

La conception "industrie 4.0" suppose de concevoir l'entreprise comme un monde ouvert où les flux d'échanges avec le client et de la recherche, les interactions avec les réseaux d'entreprises issues de différentes filières gagnent en intensité.   

L'industrie 4.0 ne correspond pas à un simple élargissement du lean manufacturing. Elle propose une autre manière d'organiser le temps et l'espace de production et de travail. 

Car le changement est brutal : les allemands, les industriels, toussent. Bosch est ainsi de ceux qui ont critiqué la stratégie annoncée par Volkswagen lors de la conférence annuelle du groupe le 14 mars, annonçant cette accélération vers le tout-électrique, et qui prévoit jusqu'à 7000 emplois liés au moteur thermique qui pourraient être supprimés. Bosch veut aussi défendre son indépendance technologique, et refuse d'abandonner le diesel, qu'il veut au contraire continuer à développer (on le comprend quand on sait que 50.000 de ses salariés, dont 15.000 en Allemagne, travaillent sur cette motorisation). 

Autre révolution 4.0 dans l'industrie, la 5G : un dispositif qui permet de mesurer les pièces et de contrôler la qualité en transmettant les données de mesure avec un temps de latence de moins de 10 millisecondes, a été présenté la semaine dernière à la foire de Hanovre (le plus grand salon industriel du monde, avec 6.500 exposants). La 5G, c'est la révolution dans la communication entre les machines, et une nouvelle avancée pour l'usine intelligente et connectée. La 5G va être l'occasion de connecter un nombre beaucoup plus important de machines entre elles. Elle écarte aussi le risque d'interférences que pose le wifi, aujourd'hui utilisé. Les Echos rapportaient le 5 avril que l'Allemagne avait réservé une partie de ses fréquences 5G pour les industriels, au grand dam des opérateurs télécoms. Les industriels vont ainsi pouvoir opérer leurs propres réseaux dans leurs usines. Ces installations 5G locales seront ainsi le moyen pour les industriels de ne pas dépendre du futur réseau national construit par les opérateurs, et de continuer à contrôler leurs données. Pendant ce temps là, en France, les industriels ne se sont pas manifestés face à la demande de l'Arcep qui n'a pas encore fixé les règles de l'attribution des fréquences. Et, à l'Est, c'est en Corée du Sud qu'a été lancé mercredi dernier une offre 5G par les trois opérateurs locaux, faisant ainsi de la Corée du Sud le pionnier mondial du secteur. 

Usine connectée, machines connectées, nouvelles coopérations pour l'innovation entre le monde des télécoms, des industriels de l'automobile et autres, partenariats en croissance exponentielle; La course ne fait que commencer, mais on dirait que les gagnants de demain ne seront pas forcément ceux d'hier.

De quoi réveiller les retardataires, non? 

 


Réchauffement climatique : On s'adaptera sans trop de mal ?

SmartcityACette histoire de "gilets jaunes" qui râlent contre les taxes sur l'essence fait s'exprimer les commentateurs, journalistes et experts en tous genres. C'est ainsi que Fabrice Flipo, professeur de philosophie des sciences et techniques, chercheur au Laboratoire du changement social et politique de l'Université Paris-Diderot, s'exprime dans Le Monde daté du 24 novembre. 

Il rappelle les résultats d'une enquête annuelle de l'ADEME sur " les représentations sociales de l'effet de serre et du réchauffement climatique" réalisée par sondage. Cette enquête montre que les Français ne connaissent pas vraiment le lien entre dérèglements climatiques et carbone. Alors que 81% considèrent bien que le réchauffement est causé par les activités humaines, 35 à 40% estiment qu'il y aura bien à l'avenir des modifications de climat, mais que "on s'y adaptera sans trop de mal". Et cela varie encore plus avec l'âge : C'est 55% des plus de 65 ans qui estiment que l'on s'adaptera sans trop de mal, contre 29% pour les moins de 25 ans. Encore une preuve de l'incompréhension entre les jeunes générations et les plus anciens. Les plus optimistes dans cette affaire sont les personnes ayant un niveau d'études scientifiques, qui sont 53% à considérer que l'on "s'adaptera sans trop de mal"

Ceux qui sont le plus optimistes, remarque Fabrice Flipo en commentant cette enquête, sont tous ceux qui croient à la puissance de la technologie, et qui ont été éduqués à croire en cette puissance. Et les personnes éduquées à cette croyance sont précisément celles de la classe d'âge qui gouverne aujourd'hui majoritairement les entreprises. Le sentiment est que l'on parviendra, grâce à des moyens techniques, à faire face au dérèglement climatique. 

C'est pourquoi, en matière d'intelligence de l'enjeu climatique, une fracture sépare les décideurs, qui disposent d'informations et de rapports, et croient en même temps aux promesses technoscientifiques ( l'hydrogène, l'électricité, la voiture qui se recharge en roulant), et la masse de la population, qui perçoit la menace mais peine à la comprendre, comme le révèle l'enquête de l'Ademe. 

Pour Fabrice Flipo, ce mouvement des "gilets jaunes", révélateur de cette fracture, va peut-être être l'occasion d'ouvrir de nouvelles conversations entre les populations et entre les générations. Car le consensus des élites sur le sujet n'est pas partagé par la population. et l'intelligence collective du problème reste à faire.

C'est ce qu'il appelle une "reconfiguration du sensible". 


Instinct ou efficacité ?

IntuitionDiriger, décider, c'est réunir des données, des trucs rationnels, bien concrets, ou bien c'est utiliser l'intuition, l'instinct?

Forcément un peu des deux, non ? 

Mais quand les deux visions s'opposent, ça crée parfois des conflits, des incompréhensions, des ruptures.

Il y en avait une au grand jour des médias cette semaine. 

Pour le premier, qui a décidé de quitter son poste auprès d'un dirigeant, c'est ce qu'il appelle une "inquiétude" : " J'ai fait part, à de multiples reprises, de mon inquiétude face à une certaine inconstance et à une manière de gouverner à l'instinct". Parce que lui, ce qu'il veut c'est " de l'efficacité et du sérieux". Oui, on l'a compris. 

Et puis, pour lui répondre, par média interposé, le dirigeant en cause, réplique que l'instinct, c'est justement ce qui fait la différence entre un leader et les autres : " L'instinct politique se forme à partir des connaissances sur différents sujets, de son ouverture au monde des idées, de ses rencontres avec des intellectuels, des artistes ou des personnes dans la rue. Il faut lire beaucoup, se documenter. Heureusement que l'on a cette valeur ajoutée, sinon un fonctionnaire pourrait très bien faire notre job. On se doit de sentir les choses".

Lui, c'est Bruno Julliard, premier adjoint à la maire de Paris, qui a annoncé a grands fracas sa démission dans Le Monde du 18 septembre; l'autre, c'est la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui a répliqué dans Le Figaro du lendemain. 

Querelle de mots ou vraie opposition sur la méthode? des rencontres avec des personnes dans la rue, et ce pauvre adjoint qui se sent mal écouté. Ce sentiment de "solitude". Anne Hidalgo le reprend dans un nouvel entretien au Monde de dimanche 23 septembre :  "Quand je me sens seule, j'ai la chance de pouvoir me ressourcer auprès des parisiens et des parisiennes".

Alors, être efficace par instinct? ou non ? Pour trouver son chemin dans le labyrinthe des chemins possibles.


Dans le monde des machines, on manque d'humains pour conduire les machines

PiloteavionOn nous le dit, dans le monde des machines, on va avoir de moins en moins besoin d'humains, du moins des humains aux postes que nous connaissons aujourd'hui.

Et pourtant...

Un article du Monde de ce mardi 17 juillet vient nous informer d'un problème dans le monde du transport aérien : on va manquer de pilotes ! Les deux avionneurs Airbus et Boeing sont pourtant tout heureux d'annoncer que d'ici 2037, les compagnies aériennes vont avoir besoin de 37.400 avions neufs. D'ici vingt ans la flotte mondiale aura doublée, et représentera 48.000 avions. Et le problème maintenant, c'est : Où trouver les pilotes pour commander ces 48.000 avions en 2037 ? C'est Airbus qui a évalué le besoin de 540.000 nouveaux pilotes à cette date. L'OACI (Organisation de l'aviation civile internationale) évalue même le besoin pour 2036 à 620.000 navigants, pour transporter 7,8 milliards de passagers par an. C'est ainsi que les compagnies américaines sont en train d'essayer de faire revenir leurs pilotes partis pour pour les rémunérations meilleures des compagnies chinoises et du Golfe. En augmentant leurs rémunérations. C'est ainsi que delta, toujours selon cet article du Monde, a prévu d'augmenter les salaires de ses pilotes de 25% à 30%. Et face à la pénurie de navigants dans le Golfe, dès aujourd'hui, certains avions dans le Golfe doivent rester au sol. Aux Etats-Unis, on envisage de décaler l'âge de départ en retraite des pilotes de 65 à 67 ans. 

 Autre histoire révélée par Les Echos jeudi 19 juillet, les entreprises de travaux publics  sont forcées de décaler les réfections de chaussées prévues pendant l'été. La cause : on manque de bitume. Mais pourquoi manque-t-on de bitume ? Certains disent que c'est dû aux mouvements sociaux qui ont bloqué les raffineries. Mais en fait, la principale cause c'est ...la pénurie de chauffeurs de poids lourds ayant un permis de transport de produits dangereux, et qui sont nécessaires pour transporter le bitume à chaud des raffineries aux chantiers. En plus, avec les grèves de la SNCF, le trafic s'est reporté sur le transport par route. Et, autre phénomène, alors qu'avant, avec le service militaire, les jeunes passaient le permis gratuitement, maintenant ils sont moins nombreux à payer pour passer ce permis poids lourds. Conclusion: les camions restent au garage. 

On découvre combien les travaux d'infrastructure et les transports ont besoin, malgré toutes les machines, de main d'oeuvre pour conduire les avions et les camions.

Bon, on va attendre pour avoir les avions et les véhicules autonomes; mais pour le moment c'est le manque de pilotes et de chauffeurs qui pose problème.

Le vieux monde n'est pas tout à fait mort encore...


Ma cueillette à l'Université du MEDEF 2017

CueilletteMEDEFCette année l'Université du MEDEF avait pour thème " Confiance & croissance". J'y étais. 

C'est un bon moyen de recueillir les thèmes et tendances qui circulent.

Voici à la volée avec quoi j'en suis revenu.

Un débat sur la Défense et l'Armée avec le Général Denis Mercier, commandant Suprême Allié pour la transformation de l'OTAN qui s'exprime sur ce qui fait l'innovation dans l'armée. Deux ingrédients selon lui : la donnée et le capital humain. Pour cela il nous indique pratiquer le Design Thinking car une expression de besoin n'amène pas à trouver une solution. Une expression de besoin, avec l'approche Design Thinking, doit amener à un problème avant d'imaginer une solution. Pour le capital humain, et son développement, il pratique le "Wargaming". Voilà encore un dirigeant qui croit à la stratégie par le jeu.

Une keynote de Jean-Dominique Sénard, PDG de Michelin, arpentant la scène, pour nous dire sa conviction que la révolution digitale est encore mésestimée dans ses effets "perturbateurs". Les entreprises, et leurs dirigeants, à titre individuel, ont un rôle dans la nécessaire modification de notre modèle social. Le but est de faire fleurir nos talents et pour cela d'enclencher la responsabilisation qui va révolutionner la gestion des entreprises. L'autonomie est le maître-mot, qui se traduit par une responsabilisation des équipes, comme l'a fait Michelin au niveau de tous ses établissements. 

Un débat sur " Quelle équipe de France pour conquérir le monde?". Avec le philosophe Raphaël Enthoven qui nous explique que "la réussite, ce n'est pas réussir dans la vie, c'est aussi réussir sa vie". Et que "On ne reçoit pas la confiance; la confiance n'est pas un contrat; la confiance on se la déclare à soi-même". A cette même table ronde, Claude Onesta, manager général de l'équipe de France masculine de Handball : " Manager, c'est avoir le goût des autres, s'intéresser non pas à ce qu'ils font, mais à ce qu'ils pensent". Travailler en collectif, et non en mettant en compétition les uns contre les autres. Jean-Paul Agon, PDG de L'Oréal, confirme " Il faut retrouver le sens du collectif".

Un débat sur l'économie circulaire : L'économie circulaire tourne-t-elle rond ou en rond ? Avec Jean-Louis Chaussade, directeur général de Suez : " L'économie circulaire est le moyen de continuer la croissance sans augmenter le prix de la matière première". 

Une keynote de Laurent Alexandre, chirurgien-urologue, président de DNA Vision et de NBIC France, sur l'intelligence artificielle qui va bouleverser l'économie. Pour lui, c'est fait : " les entreprises qui capturent la valeur sont les leaders de l'IA". Whatsapp, avec 55 salariés, a été racheté par Facebook 23 milliards de dollars, valant ainsi plus que Peugeot, qui existe depuis 200 ans, et a 200.000 salariés. L'Europe a été rayée de la carte dans les Télécoms; cela sera la même chose dans l'automobile, les voitures électriques et les voitures autonomes ne seront ni françaises ni européennes. Lorsque les évolutions technologiques sont rapides, l'Europe, trop linéaire, n'y arrive pas. Le risque est que l'industrie automobile soit balayée dans vingt ans. Il nous faut changer de stratégie sur l'IT et l'IA, car nous sommes des "crapauds numériques". Sur l'IA l'Europe réglemente et interdit, n'ayant rien compris. nous avons besoin d'élites qui soient moins technophobes que nos élites actuelles. Eh ben !

Une table ronde sur " Court terme vs long terme : savoir anticiper l'avenir", avec cette remarque de Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain : " Le long terme n'est qu'une succession de courts termes".

 Un débat sur les "seniorpreneurs" , ce phénomène de plus en plus courant de séniors qui deviennent créateurs d'entreprises. Selon l'INSEE 16% des créateurs d'entreprises ont aujourd'hui plus de 50 ans, et le mouvement devrait s'amplifier dans les prochaines années. Michel Noir, ex maire de Lyon, politique reconverti dans l'entreprenariat, a créé l'entreprise "Happy Neurone" pour développer des logiciels de jeux pour entretenir le cerveau des seniors. Pour lui, dans un monde où pour chaque enfant qui naît aujourd'hui, un sur deux sera centenaire, le cerveau apprend à tout âge, et le potentiel de la population de 55 à 75 ans n'est pas assez exploité. 

Une table ronde sur "Libérez l'entreprise" pour délivrer un message au ministre Bruno Le Maire présent. Nathalie Stubler, directrice générale de Transavia, résume son ambition pour libérer l'innovation et encourager le ministre à la réforme : " Think Big !".

Une partie des débats sont ICI en vidéos. A chacun sa cueillette !


Psychopathe au volant

PsychopatheUn psychopathe, c'est le genre de type qu'on n'aimerait pas trop croiser a priori...

C'est quelqu'un (selon cette source) qui souffre d'un important trouble du comportement se traduisant par un comportement anti-social. 

Il agit de manière très impulsive, dans le but de « détruire » psychologiquement et/ou physiquement l’individu. Ce comportement destructeur n’entraîne chez le psychopathe aucun sentiment de culpabilité. Parmi les symptômes de la psychopathie on relève : l’indifférence, l’irresponsabilité, l’absence de culpabilité, et les comportements asociaux avec autrui.

Alors lire dans Les Echos week-end du 5 mai la déclaration suivante d'un patron du CAC 40 " Je suis un psychopathe de la performance", ça fait froid, non ? 

C'est comme ça qu'il est reconnu, par sa "culture de l'excellence". Sa méthode, selon le reportage de Maxime Amiot, "une quasi-persécution de ses équipes et des prises de risques calculées pour atteindre l'objectif". Et il cite ces "réunions minutées, où les les Powerpoint ne devaient pas dépasser trois slides et dix minutes". Sa devise : " Straight to the point". 

Et pour compléter le tableau : " Gare à ceux qui affichaient des contre-performances ; c'était l'assurance d'une lapidation publique instantanée". A un Directeur d'usine qui lui demande si il est satisfait de ses prestations il répond : " Oui, sinon vous ne seriez plus là". 

L'article l'appelle "L'autre Carlos", car c'est en effet de Carlos Tavares, le PDG de PSA qu'il s'agit.

Est-ce que cela fera rêver encore longtemps les nouvelles générations de managers de nos entreprises? 

L'avenir nous le dira.

 

 


Avons-nous besoin des communautés ?

CommunautéDans les réseaux sociaux, les outils collaboratifs, les entreprises, on entend ce mot : les communautés. A écouter leurs promoteurs, les communautés, c'est un truc formidable: c'est le triomphe de la transversalité, des silos cassés, des baronnies renversées. Nos entreprises deviennent des jeux de réseaux et de communautés qui s'entraident, intègrent les membres, encouragent les discussions et les confrontations d'idées.

On aime bien les communautés dans les territoires en France : ça fait solidarité, entraide, projet commun. Cela donne la vision d'une ambition commune.

Mais quand certains parlent de communauté, ils utilisent un autre mot très vilain : communautarisme ! Anne Chemin, dans un dossier du Monde du 4 juin, indique que sur la carte des tendances Google la France détient le record du monde des requêtes pour le terme "communautarisme" ainsi que pour sa version anglaise "communautarism". Les communautés devenues communautarisme, ça fait peur.

Car la société française, vue comme une "Nation", ça ne permet pas justement ces histoires de communautés. On aime la représenter comme "Une et indivisible" (cette notion de République indivisible figure dans l'article premier de notre constitution de 1958). A droite comme à gauche, les politiques aiment bien ça, et en décorent leurs discours. A droite on va chanter la "culture chrétienne de la France"; A gauche on va plutôt vanter les " valeurs universalistes des Lumières". Dans les deux cas le mot clé c'est "Nation". Forcément dans une période de développement, sur tous les territoires, du multiculturalisme, ça coince. Surtout si la religion s'en mêle.

Comme le fait remarquer dans l'article d'Anne Chemin une chercheuse au CNRS, Anne-Laure Zwilling :

" L'idéologie sous-jacente de notre mythe républicain, c'est qu'on ne peut être fort que si l'on est semblable".

L'article rappelle aussi un chiffre pour indiquer que la religion n'est plus un organisateur puissant de la vie sociale : 70% des français se disent sans religion, ce qui place la France dans le top 5 des pays les plus athées du monde. 

Toujours selon Anne-Laure Zwilling : 

" L'unité de la nation exige donc la disparition des particularismes - au début du XXème siècle, on interdisait ainsi la langue bretonne dans les écoles. Quand les minorités se distinguent, on considère qu'elles menacent l'unité de la République et du peuple français: on les soupçonne immédiatement de déloyauté. La France est allergique à la pluralité des appartenances".

C'est au nom de cette tradition, d'ailleurs, que le Conseil constitutionnel a refusé en 1999 de donner son aval à la Charte des langues régionales.

Dans le dossier du Monde, Jean Baubérot, historien et sociologue, qui a étudié le concept de "laïcité", nous explique, inversement, le rôle qu'il qualifie de "précieux", des communautés. Pourquoi ça?

" Les communautés sont précieuses car elle offrent des médiations qui permettent l'éclosion des individus. Le catholicisme et le communisme encourageaient certes l'entre-soi, mais ils ont été formidablement intégrateurs pour des générations entières d'ouvriers polonais, flamands ou espagnols".

Mais alors, la nation, l'Etat ? Jean Baubérot donne sa réponse : 

" Le rôle de l'Etat n'est pas de lutter contre les communautés, mais d'assurer que l'individu n'y est pas enfermé : il doit proposer aux citoyens des itinéraires qui permettent d'avoir des identités multiples et des parcours variés. C'est ce jeu de proximité, mais aussi de distance, que l'Etat doit garantir dans son interrelation avec les communautés". 

Cette vision rejoint en fait celle que nous mettons en oeuvre dans nos entreprises en réseaux et en communautés. L'unité est préservée au travers des valeurs et d'une culture commune; mais les réseaux et les communautés permettent aux individus de s'exprimer et d'agir avec "plusieurs identités", ou plusieurs rôles. 

Pour que ça marche, il faut néanmoins que l'avantage apporté par l'ensemble reste réel par rapport à l'avantage apporté par la communauté. C'est précisément ce qui ne marche pas bien, selon Jean Baubérot, avec l'Etat en France. L'Etat offre moins de garantie d'émancipation sociale, et, la mobilité sociale étant bloquée, ce sont alors " des petits chefs communautaires" qui imposent leurs lois proposent des solidarités. On voit bien alors comment le piston de la communauté devient un puissant levier. 

Il insiste :

" Tant qu'on ne mettra pas fin aux aux discriminations en matière de logement, de scolarité et d'emploi, on laissera les "communautés" tenir le rôle qui était tenu par l'Etat-providence".

Tout est question d'équilibre entre le centre et les "communautés", ce qui revient à développer une nouvelle définition de l'identité, des identités. Encore Jean Baubérot :

" La France, au lieu de reconstruire une histoire mythique d'unité ou d'invoquer des racines judéo-chrétiennes idéalisées, ferait mieux d'élargir sa conception de l'identité nationale"

Y compris dans nos entreprises, cette question de l'Identité, à l'heure de l'ouverture, de la diversité, de la mondialisation des échanges, devient une des clés du "vivre ensemble".

Ce détour vers les sujets de société proposé par ce dossier, est une façon de regarder avec un autre point de vue. C'est ça aussi "Zone Franche", non?


Remplacer par pièces détachées : NON !

AudacieuxVous les connaissez ces personnes, comme dans une secte : tant que ça marche on change pas; on va juste remplacer les pièces détachées qui semblent vraiment défectueuses. Le malheur a contaminé nos entreprises. Au lieu de tout changer on améliore...

Souhaitons que l'on ait plus d'audacieux en 2016.

C'est le sujet de ma chronique, la première de 2016, sur "Envie d'entreprendre" ICI.

Soyez vous aussi audacieux...

Et bonne année 2016; pleine de joies et de réussites.

Mon blog repart pour une année grâce à vous... c'est déjà la dixième année...ouh la la .


La tortue, même Ninja, ne gagne pas toujours dans l'innovation


TortueNinjaC'est une entreprise née il y a 140 ans ! Un de leaders, avec un slogan qui en dit long : " Leading Innovation". 

Et Plouf !

Cette entreprise c'est une star du Japon, Toshiba. Et voilà qu'elle annonce une prévision de déficit pour l'exercice 2015-2016 (l'exercice finit en mars 2016) une perte de 550 milliards de yens (ça fait 4,16 milliards d'euros), pour un chiffre d'affaires de 6,6 milliards de yens.

Toshiba, c'est l'entreprise qui a lancé le premier portable grand public en ...1985. 

Ce qui lui arrive c'est ce qui arrive à beaucoup d'entreprises japonaises : la compétition par les prix, et même par l'innovation, de firmes de Corée du Sud ( Samsung, LG), notamment sur le marché des téléviseurs à écran plat. L'histoire est bien racontée par Sarah Belouezzane dans un article récent du Monde. Cette compétition aurait pû être combattue; mais avant que Toshiba ait eu le temps de réagir voilà qu'arrivent...les chinois (pour les téléviseurs) et les taïwanais (pour les PC). Et puis enfin coup de grâce, un autre phénomène, arrivé lui d'Occident : les smartphones, l'Iphone d'Apple. 

Pendant ce temps là, les autres firmes japonaises d'électronique grand public, Sony, Hitachi, Panasonic, ont connues les mêmes difficultés mais ont entamé des restructurations lourdes ces dernières années.

Toshiba, lui, a eu une autre idée : dissimuler les problèmes en trafiquant les comptes. en surestimant de 1,1 milliards d'euros les résultats des divisions Grand Public. Trois PDG successifs sont mêlés à l'affaire qui fait scandale au Japon. D'autant que Toshiba était considéré comme un "modèle de gouvernance" dont il se vantait,et qui avait été récompensé par des prix pour cela. 

Ce que nous apprend cette histoire c'est que ne pas aller assez vite dans l'innovation pour rester devant les compétiteurs peut nous faire chuter très fort et très bas. 

Toshiba doit réagir en catastrophe : les dirigeants démissionnent. L'entreprise a annoncé qu'elle va supprimer plus de 10.000 postes (sur les 198.000 que compte le Groupe), dans les Divisions Grand Public surtout. Elle a aussi annoncé la sortie de l'électronique Grand Public, et vendre cette Division. Elle va se recentrer sur l'activité professionnelle (imagerie médicale, nucléaire). 

Et puis il y a un Plan, forcément, avec un joli nom : Revitalization Action Plan. Il contient notamment un plan pour "réformer la culture Corporate", avec des "Executive Management seminars" et des "Employee awareness surveys". La batterie habituelle de trucs, les mêmes au Japon comme ailleurs, dont on n'est pas sûr que ça va suffire à reprendre la tête dans la course.

Alors que l'action a déjà chuté de 40% depuis avril 2015, il est temps de retrouver la confiance des investisseurs. Autant tout essayer.

Mais, peut-on rattraper le temps perdu, celui dont on dit qu'il ne se rattrape jamais?

La tortue ne gagne pas toujours, surtout quand on parle d'innovation ! Et même si elle est japonaise comme une tortue Ninja.


Le tank est périssable et la poire est éternelle...

PoiresLe 21 août 1968, des troupes blindées, 300.000 hommes, envahissent la Tchécoslovaquie sur décision de Léonid Brejnev, pour " sauver le socialisme". C'est un choc pour tous les habitants de Prague, face à ces chars.

Milan Kundera évoque cet épisode dans "le livre du rire et de l'oubli" à propos de la mère d'un des personnages :

" On était au mois d'août et les poires étaient mûres dans leur jardin. Une semaine plus tôt, maman avait invité le pharmacien à venir les cueillir. Mais le pharmacien n'était pas venu et ne s'était même pas excusé. Maman ne pouvait pas le lui pardonner, ce qui mettait hors d'eux Karel et Markéta (son fils et sa bru). Ils lui faisaient des reproches: tout le monde pense aux tanks, et toi tu penses aux poires. Puis il avaient déménagés, avec le souvenir de sa mesquinerie.

Seulement les chars sont-ils vraiment plus importants que les poires? A mesure que le temps passait, Karel comprenait que la réponse à cette question n'était pas aussi évidente qu'il avait toujours pensé, et il commençait à éprouver une secrète sympathie pour la perspective de maman, où il y avait une grosse poire au premier plan et quelque part, loin en arrière, un char pas plus gros qu'une bête à bon dieu qui va s'envoler d'une seconde à l'autre et se cacher aux regards. Ah oui ! c'est en réalité maman qui a raison : le tank est périssable et la poire est éternelle."

Cette opposition entre l'Histoire en marche (avec un grand H) et la futilité de la vie quotidienne, peut-être pas si futile, on la retrouve souvent dans notre quotidien, dans les informations qui nous inondent chaque jour. Car la disparition des poires aurait peut-être plus de conséquences que l'apparition ou la disparition des tanks dans la ville. 

Ils sont de plus en plus nombreux, ceux qui, comme la maman du roman de Kundera, s'intéressent plus aux poires du jardin que l'on n'a pas cueillies plutôt qu'à l'Histoire. Et que dire de la hiérarchisation des informations dont nous sommes inondés au "20 heures"; les poires du jardin y ont, là aussi, une place de choix...

Et de quoi parlons-nous dans nos conversations?

Comment choisissons-nous les sujets qui nous intéressent ? Les périssables et les éternels.