Désir
Comment passer la quatrième ?

Réchauffement climatique : On s'adaptera sans trop de mal ?

SmartcityACette histoire de "gilets jaunes" qui râlent contre les taxes sur l'essence fait s'exprimer les commentateurs, journalistes et experts en tous genres. C'est ainsi que Fabrice Flipo, professeur de philosophie des sciences et techniques, chercheur au Laboratoire du changement social et politique de l'Université Paris-Diderot, s'exprime dans Le Monde daté du 24 novembre. 

Il rappelle les résultats d'une enquête annuelle de l'ADEME sur " les représentations sociales de l'effet de serre et du réchauffement climatique" réalisée par sondage. Cette enquête montre que les Français ne connaissent pas vraiment le lien entre dérèglements climatiques et carbone. Alors que 81% considèrent bien que le réchauffement est causé par les activités humaines, 35 à 40% estiment qu'il y aura bien à l'avenir des modifications de climat, mais que "on s'y adaptera sans trop de mal". Et cela varie encore plus avec l'âge : C'est 55% des plus de 65 ans qui estiment que l'on s'adaptera sans trop de mal, contre 29% pour les moins de 25 ans. Encore une preuve de l'incompréhension entre les jeunes générations et les plus anciens. Les plus optimistes dans cette affaire sont les personnes ayant un niveau d'études scientifiques, qui sont 53% à considérer que l'on "s'adaptera sans trop de mal"

Ceux qui sont le plus optimistes, remarque Fabrice Flipo en commentant cette enquête, sont tous ceux qui croient à la puissance de la technologie, et qui ont été éduqués à croire en cette puissance. Et les personnes éduquées à cette croyance sont précisément celles de la classe d'âge qui gouverne aujourd'hui majoritairement les entreprises. Le sentiment est que l'on parviendra, grâce à des moyens techniques, à faire face au dérèglement climatique. 

C'est pourquoi, en matière d'intelligence de l'enjeu climatique, une fracture sépare les décideurs, qui disposent d'informations et de rapports, et croient en même temps aux promesses technoscientifiques ( l'hydrogène, l'électricité, la voiture qui se recharge en roulant), et la masse de la population, qui perçoit la menace mais peine à la comprendre, comme le révèle l'enquête de l'Ademe. 

Pour Fabrice Flipo, ce mouvement des "gilets jaunes", révélateur de cette fracture, va peut-être être l'occasion d'ouvrir de nouvelles conversations entre les populations et entre les générations. Car le consensus des élites sur le sujet n'est pas partagé par la population. et l'intelligence collective du problème reste à faire.

C'est ce qu'il appelle une "reconfiguration du sensible". 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)