Digital Master
Les plateformes sont-elles les bouchons d'oreilles de notre époque ?

Furtive

ElectionsFinalement Bruno Le Maire, dont j'ai parlé ici,  avait peut-être raison. La politique, c'est vraiment devenu un métier.

Le Monde daté de samedi 12 mars, avec un article de Anne Chemin, revient sur le sujet. 

Le constat est clair : de plus en plus de politiques sont des "professionnels". De plus en plus de députés et d'élus locaux ont été assistants parlementaires ou membres de cabinets. Cette origine représente en 2014 le quart de tous les maires. En gros, avec la professionnalisation, tous les parcours des hommes politiques se ressemblent de plus en plus. Le stade ultime de la professionnalisation, c'est l'absence totale de passage par une vie professionnelle autre que la politique. 

Et c'est pourquoi les citoyens se lassent de cet "entre-soi professionnalisé". Anne Chemin cite François Fillon, qui a commencé comme assistant parlementaire en ...1976 !

Ce qui fait discussion, Luc Rouban, chercheur au CNRS, le résume bien. C'est le fondement même de la démocratie :

" Si l'on considère que les élus sont censés porter la voix de leurs électeurs et représenter leurs intérêts, la professionnalisation est évidemment un problème. Si l'on considère en revanche que les élus sont de simples mandataires auxquels les citoyens confient leurs pouvoirs pendant un certain temps afin qu'ils prennent les décisions à leur place, on favorise naturellement l'émergence d'une classe d'experts. Dans cette conception libérale, le citoyen délègue sa parcelle de souveraineté: il considère qu'il y a des professionnels pour gérer l'action publique et il les juge au résultat."

Ce sont des universitaires américains, John Hibbins et Elizabeth Theiss-Morse, qui ont donné un nom à cette conception : la démocratie furtive.

Dans cette conception "furtive", on retrouve aussi des sujets sur nos entreprises. Les dirigeants, et en premier lieu le Président du Conseil d'Administration, le Président du Directoire, le Directeur Général, ont ce mandat, sans intervention d'un processus démocratique dans l'entreprise.

Mais, dans une autre perspective, la démocratie est considérée comme un ingrédient favorable pour identifier les bonnes stratégies et prendre les bonnes décisions. 

Difficile de trancher entre ceux qui favorisent les "experts" et ceux qui croient à la "sagesse des foules".

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.